Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ME CONTACTER :

Toutes les Infos : ICI 

Articles Récents

12 décembre 2007 3 12 /12 /décembre /2007 07:24

 

 

crédit photo : clic !


1/  Lâcher prise

 

Sans vouloir rentrer dans les détails, la vie me fait en ce moment de bien beaux cadeaux... Et j’ai quelques mots à dire sur les « cadeaux de la vie ».

Je conseille à mes patients qui sont en phase de changement de vie, ou d’attente de ces changements, un petit exercice pour arriver à « lâcher prise » :

 L'exercice :

 Le soir au moment du coucher, en relaxation profonde (si possible mais pas indispensable) se vivre comme étant une coupe large prête à recevoir les cadeaux de la vie.

Les recevoir...


 

En effet, à essayer de nous projeter dans l’avenir (et la sophro est un fantastique outil de programmation future), nous prenons le risque de formater le changement sur la base de qui nous sommes encore et non pas de qui nous sommes en train de devenir. Je vais vous donner un exemple...

Dans une « autre vie » j’étais ingénieure d’affaire dans l’industrie. A la veille d’une grosse négociation je mettais en œuvre une stratégie diamétralement opposée à celle de ma collègue (nous n’étions que deux femmes dans ce monde d’hommes...). Alors qu’elle passait une partie de sa nuit à envisager TOUS les scénarios possible et à se préparer à y répondre, je faisais une séance de relaxation profonde pour préparer une bonne nuit, un sommeil réparateur, et me programmer à être ouverte à tout ce qui pourrait se présenter. Je ne cherchais pas à savoir quoi... j’essayais de m’ouvrir à un champ de possibles le plus large possible en développant ma capacité à m’y adapter.

 

Devinez qui était le plus fraîche au matin ?

 

J’arrivais chez le client avec le moins d’a priori possibles et fut souvent surprise de la facilité de certaines négociations (j’ai pourtant horreur de parler argent, mais bizarrement ce point était rarement le plus important). Sans en être consciente vraiment, je mettais alors en œuvre une forme de lâcher prise...

 

Pour revenir à cet exercice de « la coupe », je vais vous parler de mon expérience personnelle :

1- la première fois que je l’ai fait... j’ai reçu une volée de m.... !

Ben voui, avec ma théorie que dans chaque m... Il y a une pépite à trouver ! Ce fut une prise de conscience assez violente de ma perception des « cadeaux de la vie » de l’époque !

 

2- les fois suivantes, je recevais des cadeaux emballés de travers, dans du papier journal ou même du PQ froissé...

Là encore le message était clair : j’avais du mal avec « l’emballage » de mes cadeaux. Et dans ma vie ces cadeaux n’étaient pas forcément identifiables d’un coup d’oeil !

 

3- Ma « coupe» est depuis longtemps un grand plat à coucous traditionnel, vous savez : large, presque plat, avec une grande contenance...

Elle peut les envoyer  ses cadeaux, la Vie !

La prochaine fois je vous parlerai des cadeaux les plus beaux, les mieux emballés... et des émotions qu’ils peuvent susciter : y’a du tapping dans l’air !

 

En attendant : « Bonne coupe ! », c'est bientôt Noël...

 

Repost 0
6 décembre 2007 4 06 /12 /décembre /2007 07:23

 

Au vu des absences l’atelier s’annonçait confidentiel, mon amie Sophie, praticienne émérite (si,si !) en énergétique s’est jointe à nous pour un travail un peu expérimental autour du thème « musique et émotions ». Le but fixé était l’expérience du ressenti émotionnel selon différentes musiques, avec traitement éventuel des émotions toxiques. Pas assez de temps pour une exploration mnèsique de la chose, mais juste une approche d’écoute attentive du corps physique et émotionnel. Une autre expèrience d’ouverture et de lâcher prise.

 

Cela m’amuse toujours de voir comment un atelier qui peut paraître partir sur une base un peu bancale (ici groupe réduit de moitié, problèmes de salle et déménagement improvisé avant même de démarrer...etc) peut révéler une richesse incroyable. Un grand merci au groupe de la belle énergie investie samedi : ce furent des moments magnifiques !

 

Le programme ? Une séance de sophro pas typiquement Caycédienne, peu s’en faut, l’initiation à une technique originale de lâcher prise (continuer à pratiquer : tout le monde peut y arriver !) et un voyage musical haut en couleurs. Un peu d’EFT... mais j’ai bien senti que je gênais quand à la fin je proposais de repasser en EFT quelques difficultés rencontrées... le groupe voulait aller ailleurs.

J’ai lâché en quelques secondes et me suis laissé porter.

 

D’où une mémorable séance de mouvement spontané avec prolongations !

Je crois pouvoir rapporter que le mot « partage » a pris toute sa dimension alors...

 

Quand le plaisir est au rendez-vous, surtout ne pas résister, se laisser entraîner, partager, s’ouvrir encore et encore à l’expérience de la vie !

 

Les musiques utilisées sont :

 

- Le familier « Chase » du disque de Georgio Moroder « Midnight Express »

- Le « Prélude en Mi mineur » de Manuel Ponce par Alexandre Lagoya

- « La main sur le cœur » de l’album éponyme de Sinik

- “Candle in the wind” de et par Elton John

- la plage 8 des Tambours des Tokyo “Oedo Sukeroku Taiko »

- Le magnifique « Stella Splendens » de l’ensemble Catherine Braslavsky, enregistré à Chartres

- La « Danse Espagnole » de Tchaïkovski

- « BE » de Neil Diamond dans « Jonathan Livingstone le Goéland"

- un montage fait à partir de une bande lounge music « b.o. voyage »

- « The bongo song » Played-Al-life

 

Un grand merci à tout le groupe pour cette moisson musicale et pour la richesse de l'expèrience émotionnelle !

Repost 0
5 décembre 2007 3 05 /12 /décembre /2007 15:58

 

Un certain nombre de patients me disent rencontrer des difficultés à identifier ce qu’ils veulent « choisir » en EFT notamment dans la technique de choix de Dr Carrington.

Dans un premier temps je conseillais (et conseille encore) de tapoter pour la « difficulté à identifier un choix positif » ce qui donne certains résultats assez intéressants de créativité et peut livrer la clef de vrais besoins.

Ainsi un cadre débordé eut-il l’intuition de « choisir ».... l’ oisiveté... non sans avoir eu à tapoter « Même si l’oisiveté est mère de tous les vices, je m’autorise l’expérience de ce ressenti » ! Ce fut l’ouverture d’une porte sur tous les plaisirs de la vie qu’il ne s’autorisait pas, ou plus.... et les racines n’étaient bien évidemment pas dans sa grande charge de travail !

Bref, ce terrible dilemme du choix ! Se débarrasser d’un problème, passe encore, mais CHOISIR du positif ! Tapotez également pour « ce manque d’imagination », « ce droit de choisir ».... mais visez large !

 

Voici ma réponse personnelle à ce petit problème technique :

 

Je me suis rendue compte que, à chaque fois que je souhaitais  mettre en place une stratégie de remplacement, je pensais spontanément « bon, le mieux est de faire confiance à ma vie »...

Et donc de tapoter de plus en plus souvent  « Je choisis de faire confiance à ma vie », en alternant point par point : d’un côté « (problème) » / de l’autre « je choisis de faire totalement confiance à ma vie ».

 

Calme immédiat, sentiment de confiance au top sur le champ, esprit libre et tranquille pour faire autre chose !

Tout naturellement cette technique simple et « passe-partout » a commencé à envahir ma pratique professionnelle. Je confirme donc que l’outil est tout aussi efficace sur les autres que sur moi-même  !

 

Essayez et passez m’en dire des nouvelles sur la boite à papotte, pleaaase !

Repost 0
26 novembre 2007 1 26 /11 /novembre /2007 08:33


Dans un article récent du site de Gary Craig, le Dr Patricia Carrington faisait part de sa surprise quant à l’utilisation inhabituelle de l’EFT par un de ses patients insomniaque (en anglais ici et là).


Prenant à rebrousse poil la base de la technique (évocation du problème contrebalancée par évocation du positif - « je m’aime et je m’accepte profondément tel(le) que je suis », ce patient, las de résultats inégaux sur ses problèmes d’endormissement avait pratiqué l’EFT (technique silencieuse, voir ) en répétant tout simplement  « je ne peux pas dormir ».


La surprise de Patricia devant les résultats de cette « technique » qu’elle la testa sur elle-même bien sûr. Avec succès !

Tout de même il s’agissait d’une affirmation négative « je ne peux pas », ce qui violait une sorte de tabou du travail en développement personnel ! Elle chercha des explications, et se souvint que notre inconscient ne perçoit pas les connotations « négatif » ou « positif » mais traite indifféremment toutes les infos reçues.... Alors pourquoi pas ?


L’occasion de vérifier sur d’autres personnes l’efficacité de la méthode se présenta, et confirma le succès de l’entreprise et elle décida de mener une enquête plus large :

- elle demanda des volontaires pour tester cet outil aux personnes de sa Newsletter : 33 répondirent

- tous appliquèrent le même protocole (« méthode » ci-dessous)

- les résultas donnèrent ceci :

               60.9 % des personnes  furent entièrement                                    satisfaites

              24.2% rapportèrent que cela marchait très bien par                     moment , moins bien à d’autres

               15.2% n’obtinrent aucun résultat


En moyenne 84.8% des personnes obtinrent un résultat allant de « remarquable » à « inégal », et 15.2% « ne marche pas).

Le taux de réussite est donc assez important !

 

Voici donc la méthode :

1- Au moment de vous endormir, utilisez la technique silencieuse uniquement (imaginez que vous tapoter sur chaque point en évoquant l’affirmation paradoxale)

2- Affirmer le problème sous sa forme négative : « je ne peux pas dormir »

3- Constatez le résultat (si vous ne vous êtes pas endormi avant la fin du tapping !)

 

Mon expérience :

 

Vous pensez bien que j’ai essayé ! Ces derniers temps j’avais nombre pensées (très joyeuses en fait !) en tête qui retardaient mon endormissement et je voyais arriver le moment où j’allais devoir réviser ma « sophro protection du sommeil ».

Je suis comme vous : faire une séance seulement pour çà ne m’enchante guère.... Donc, j’étais enchantée de tester un nouveau « truc rapide ».

Enthousiasmée par l’article de Patricia Carrington, je m’attendais à partir dans les bras de Morphée avant le 7ème point... et me retrouvai à tapoter mentalement la version longue et « je n’arrive pas à dormir ».

J’essayais « j’ai du mal à m’endormir »..... pas encore çà, "je suis incapable de dormir » me fit glisser doucement dans le sommeil... mais je me réveillais vers 3h du mat (marée énergétique // digestion). Certes je me rendormis facilement, mais Patricia avait parlé d’une bonne nuit complète et directe : je voulais ma dose perso !

 

Bref, le lendemain, quoique l’esprit calme et les ressassements un peu calmés, je recommençai.

Bille en tête : « je ne peux pas dormir »... eh bien je serais bien incapable de vous dire combien de points j’ai tapoté mentalement.... je me suis réveillée après une nuit d’une traite, avant que mon réveil ne sonne, en pleine forme et avec le temps de faire une petite séance de sophro.

 

YEEESSSSSSSSSSSSSSS !

Si vous avez du mal à dormir, vous savez quoi faire !

 

Ps : vous me raconterez ?

Repost 0
Marie-Odile BRUS - dans EFT
commenter cet article
24 novembre 2007 6 24 /11 /novembre /2007 08:40


Depuis les vacances d’été, la Boite à Papotte est en berne, venez la ranimer ! Elle est accessible par la liste des liens ou ici, je vois la liste de mes « abonnés » s’allonger... toujurs sans savoir qui  en fait partie. Je suis curieuse savez-vous ! Certains passent un coup de fil ou envoie un mai... d’autres restent terriblement anonymes : montrez-vous, venez échanger ! la Boite à Papotte est là pour çà...

Repost 0
Marie-Odile BRUS - dans sophromob
commenter cet article
23 novembre 2007 5 23 /11 /novembre /2007 08:41


I just got to read an article on Gary Craig’s website  and I can't help but sharing it...

So, if you do not mind I’ll just copy it. It is all about Dr Carrington’s surprise while discovering that adressing directly the insomnia problem with “I can’t sleep” while tapping mentally could just put one to sleep deeply and for a good night’s sleep !

Here it is :

(complete article there)

A Surprising Way to Use EFT for Insomnia


By Dr. Patricia Carrington

The method I am going to tell you about seemed impossible when I first heard about it, because it went against everything I know to be true about positive suggestions and the use of positive language, and the demonstrated negative impact of the phrase "I can’t". 

I discovered this unexpected use of EFT when a reader of my newsletter wrote to tell me about his own experience with it.  He tried many other sleep inducing methods, including various ways of using EFT for this purpose, but none of them had worked for him with any consistency.  Then one night, exasperated, he had applied EFT in what seemed an illogical way to bring on sleep onset, and found it to be incredibly effective.

I was appalled when he told me what his simple method was.  I know that we regularly use negative phrases in EFT, often tapping for round after round on such negative phrases as Even though I have this (negative state or problem)…, but we rarely if ever use the words "I can’t” in any of the EFT phrases.  If we do so, we follow this strong negative declaration by a positive affirmation such as I deeply and completely accept myself or an EFT Choices phrase such as, I choose to be calm and confident.

However, all this man did was say to himself, while tapping mentally (it doesn't work well to tap physically for most people when they want to quietly drift off to sleep) "I can’t get to sleep” at each imagined EFT point.  He didn't repeat "Even though" before he said the "I can’t" phrase, and he didn't use any positive affirmations after it.  He just thought to himself, "I can’t get to sleep", and it worked to put him to sleep immediately.

This of course violates a law which has over and over again been confirmed - namely that people who use the phrase, "I can’t" in their self talk (the way they speak to themselves in their mind), program themselves to be unable to do whatever it is that they are suggesting to themselves that they can’t do.  They are installing a negative suggestion in their minds.

Similarly, it has been documented in countless instances that when people use the words "I can" in their self talk, they usually find a way to make what they want happen.  This has been demonstrated so many times that anyone working with the hypnotherapies or other suggestion techniques knows it well.

Being curious about this reader’s success, I decided to try this tactic on myself.  I decided that at worst it might keep me awake all night long and since I don't have any identifiable sleep problems, missing some hours of sleep did not seem like too high a price to pay for conducting an interesting experiment.

That night when I went to bed I mentally repeated the phrase, "I can’t get to sleep," to myself at each (imagined) tapping spot.  It somehow felt good to say that because it was a sort of forbidden thing to do, but I was sound asleep before I finished either the first or second round - I really don't know which because sleep onset was so rapid.

When I awakened next morning I decided that the good result might have been due to self suggestion on my part, what is known as the “placebo effect”.  Perhaps I had simply expected or wanted this new method to work and therefore it did.

However, several days later I had another occasion to try it and once again it worked to put me to sleep, this time before the end of the first round.  Since then I have been routinely using the "I can’t get to sleep” method whenever I get into bed at night, or even if I take a nap in the daytime.  I use it routinely to avoid any pre-sleep thinking because I really don't need that kind of mental activity - I think enough the rest of the time!  This plan has worked every time.

Actually, I find there is something strangely satisfying about being able to state the words, "I can’t “openly and forcefully.  Part of me is thinking these words anyway and to hear them mentally repeated while I imagine doing the EFT tapping, somehow makes me feel heard, at which point any resistance to whatever the suggestion is that is being given fades.

An Intriguing Experiment

The “I can’t get to sleep” method of inducing sleep seemed to work so well for me that I suggested my newsletter readers try it for themselves and report to me their experiences.

In response, 33 people wrote to me immediately with reports, and since that time many more people have responded.  These latter results have been so close to those reported earlier that I feel confident reporting the investigation in this newsletter and consider that we have an adequate sample to be able to draw some tentative conclusions about how well this method works.  The sample was large enough for me to get some feel for the actual numbers out there and the intelligent, thoughtful comments that I did receive lead me to believe that this tactic is clearly worth exploring.  Here is what we found:

·               60.6% of those responding reported that this unusual method was so effective for them that they characterized it as a true breakthrough in terms of being able to get to sleep initially, or to get back to sleep later, and often they were able to do both with amazing ease.

·               24.2% of those responding reported that it worked extremely well for them at times, while at other times it did not work.  These mixed results represented a definite value for these people, however, although the method was less reliable for them than for those in the first category.

·               15.2% of those responding reported that while they had tried repeatedly to make this new method work to put them to sleep, it would not work for them.

To summarize, 84.8% of those reporting had experienced positive results with the technique ranging from "remarkable” (the majority felt this) to “Mixed" results, while 15.2% could not make the method work at all.

One of the surprising things to me was the fact that several people reported that chronic sleep problems yielded rapidly to this technique although they had tried numerous other interventions unsuccessfully over a long period of time for these same problems but to no avail.

One woman wrote: "I have not slept through the night since I was first pregnant 27 years ago, and I still awake, usually once at least, during the night and previously I could wake with anxiety which would lead to lying awake for up to an hour before returning to sleep -- sometimes having to quit and get up and get busy for a while and then try again.  Since using this tip (“I can't get to sleep”) however, I can go back to sleep quickly, and even if I am experiencing any kind of anxiety I don't need to clear the anxiety first -- it just seems to be dealt with in the process...

...One woman reported, "I am using your new technique for getting back to sleep after waking in the middle of the night to go to the bathroom.  I tried it three times in one night and went right back to sleep.  I think a couple of wake ups were due to concerns about some issue that I've now tapped away without realizing it."...

...Looking at the results of our survey, I can say with confidence that when this technique does work, it seems to work faster and more effectively than any other way of using EFT (or any other non-drug method) to bring on sleep.

I highly recommend you try this unconventional technique to see how it works for you.  Here is a quick summary of the instructions:

·               When you want to go to sleep, use mental EFT only (i.e. tap in your imagination only at each spot) so that doing EFT will not awaken you as you begin to drift off to sleep.

·               Use the paradoxical (going opposite) EFT statement, “I can't get to sleep" at each tapping point, using only these words.

·               Observe what happens…

Pat Carrington

Repost 0
Marie-Odile BRUS - dans English spot
commenter cet article
19 novembre 2007 1 19 /11 /novembre /2007 07:32

Je m'aperçois que j'ai parlé de ma rencontre très chaleureuse avec Chantal... mais pas de son dernier livre qui aborde le sujet délicat de la perte d'enfant en cours de grossesse ou à la naissance.

 

(clic sur le livre)


C’est sa propre histoire qui a fait de Chantal à la fois une spécialiste du deuil périnatal et une femme éveillée. De ses propres mots ces deuils d’enfants l’ont obligée à une mise à jour de sa vie, une mise au jour d’elle-même, pour enfin accoucher d’elle-même.

Cette expérience elle la partage dans ses livres, mais également dans sa pratique de thérapeute. 

Si son premier livre - L'enfant interrompu- était une longue lettre écrite à Jacques, un de ses enfants décédés, le  Deuil périnatal  est une revendication sobre et légitime du droit au deuil, un refus du déni de la parentalité au prétexte que l’enfant ne survit pas... un appel à l’éveil de la conscience sociale face à ces drames trop souvent refoulés vers les champs du non-dit.

Voici les propres mots de Chantal :


« Je crois qu’il est temps aujourd’hui d’arrêter de croire que le chagrin est proportionnel au terme de la grossesse et que la souffrance de la perte d’un bébé «non né » s’assimile à la douleur d’une simple tumeur qu’il suffit d’extraire pour en être débarrassé.Mon petit Jacques, c’est vrai, n’avait pas tout à fait atteint ses 22 semaines et alors ? je l’ai tenu au creux de mes mains comme un trésor il était bien réel. Il faut arrêter de laisser suggérer insidieusement à une mère qu’elle n’est pas mère, à un père qu’il n’est pas père, à une fratrie qu’elle n’a pas perdu un de ses membres, à des parents que leur bébé n’a jamais existé ou au mieux, mais devrais-je dire au pire, qu’il est mort sans jamais être né. Je crois qu’il faut vraiment pouvoir offrir à tous les parents qui le désirent un cadre législatif qui laisse à ces bébés la possibilité de naître afin qu’ils puissent auss imourir. Je crois qu’il faut leur rendre leur appartenance à notre humanité en donnant aux familles qui le souhaitent la possibilité d’un adieu et la dignité d’une véritable sépulture et ainsi ne plus condamner des parents mal informés à une errance intérieure impossible à la recherche insensée de leur bébé perdu... »

 

Chantal utilise depuis quelque temps maintenant l’EFT dans sa pratique... et la prochaine édition devrait se trouver enrichie de ce surcroît d’expèrience !


Repost 0
14 novembre 2007 3 14 /11 /novembre /2007 08:07

Encore un article pour lecteurs courageux ! Toujours extrait du livre de Dawson Church...

 

"...La recherche n’a pas encore listé toutes les protéines de notre corps produit, mais l’estimation que les scientifiques utilisent le plus souvent est de 10.000 protéines. Ces protéines peuvent être assemblées dans de nombreuses combinaisons qui sont aussi sujet d’études. Le nombre de séquences connues est d’au moins quatre millions et s’accroît encore, selon l’équipe de chercheurs travaillant sur un catalogue des protéines nommé le Protéonome. Quelques unes sont des mots que tout le monde connaît : insuline, hémoglobine, glutamine, sérotonine. Elles travaillent en synergie avec les autres systèmes de notre corps.

 

Un des moyens les plus étranges par lequel nous activons naturellement les protéines de guérison dans notre corps est l’effet placebo. Afin de prouver l’efficacité de nouveaux médicaments dans des études scientifiques, il est demandé que cette efficacité soit significativement plus importante qu’un produit inerte - un placebo. Une des choses remarquables au sujet de n’importe quelle médication est que son effet est seulement à peine plus élevé que celle du placebo. Certains médicaments ou intervention chirurgicales ne sont pas meilleure qu’un placebo.

 

Une démonstration puissante de l’effet placebo vient du centre médical de l’université de Baylor au Texas. Les résultats ont été publiés dans le New England journal of Medecine en 2002. Bruce Mosley, médecin, un chirurgien orthopédique de Baylor, voulait savoir laquelle de deux interventions chirurgicales étaient la meilleure pour soigner l’arthrose osseuse du genou. Beaucoup des ses patients avaient les cartilages des genoux endommagés ou dégénérescents, et il y avait deux solutions pour les aider.

La première est le débridage. Dans cette procédure des incisions sont faites de chaque côté de la rotule et des bades de cartilages sont raclées de la surface de l’articulation. Le deuxième moyen chirurgical, est appelé lavage. De l’eau est injectée à haute pression dans l’articulation du genou, vidangeant toute la matière abîmée qui s’y trouve.

Pour contrôler l’effet placebo le Dr Mosley institua un troisième groupe. Celui-ci ne reçu aucun des deux traitements. Les patients ont été préparés et anesthésiés, et conduits en salle d’opération. Là, le personnel fit les mêmes incisions que s’ils avaient réellement opéré. Après avoir baladés les patients dans la pièce pendant le même temps qu'aurait duré l’opération, leurs plaies furent refermées, pansées et ils envoyés en convalescence. Aucune chirurgie ne fut vraiment pratiquée.


Les résultats post-opératoires furent comparés pour les trois groupes à divers moments du processus de guérison. Les résultats furent étonnants. Les patients qui avaient reçu la « fausse » chirurgie se portaient aussi bien que ceux qui avaient été opérés par l’une ou l’autre des méthodes. Dans La médecine de l’âme je résume les résultats ainsi : « Dans les interviews télévisés, certains des patients qui avaient reçu l’opération placebo ont juré qu’elle avait du être réelle, car leur genoux se portaient tellement mieux. Certains rapportèrent la disparition de la douleur, ou une mobilité accrue. Certains qui étaient à peine capable de marcher auparavant pouvaient maintenant courir. Non seulement le groupe de patient qui avait reçu cette opération placebo avaient les même taux de guérison que les autres groupes, mais à certains moments du processus de guérison, les résultats étaient meilleurs. On pratique 650.000 débridages arthroscopies par an aux états unis. Chacun coûte 5.000 dollars. Le coût total est de plus de trois milliard des dollars par an. Ce coût énorme parait produire à peine plus de résultats probants que si on joue à « faire comme si ». Ce n’est pas seulement la pharmacopée interne nécessaire à la guérison de l’arthrose qui engage le processus de l’effet placebo. Notre corps est capable de synthétiser de nombreuses substances, qui ont des structures chimiques radicalement différentes les unes des autres, au sein même de nos organes...

...Cette capacité de notre corps à générer des facteurs de guérison par le biais de nos croyances offre un outil thérapeutique remarquable, qui peut être utilisé en conjonction avec n’importe quelle technique de soin conventionnelle ou alternative..."

Allez : on en reparle un peu plus tard, plus spècifiquement : d'autres effets placebo et " placebo et antidépresseurs"...

Repost 0
12 novembre 2007 1 12 /11 /novembre /2007 07:04

Toujours Le "Génie dans nos gènes", avec ce court extrait très parlant...


"...Une étude de l’université de Madison, dans le Wisconsin, recruta 36 vétérans du Vietnam ayant des maladies coronariennes, et qui avaient également souffert de problèmes émotionnels traumatiques. La moitié de ces vétérans reçurent un entraînement pour apprendre à se pardonner et à pardonner aux autres -une intervention médicale basée sur la conscience- et pas l’autre moitié.  Ceux qui avaient reçu l’entraînement et pratiqué les techniques de pardon ont montré un accroissement de leur flux sanguin dans leur muscle cardiaque. Une telle intervention fondée sur la conscience est sans danger et non intrusive, et c’est un bon point de départ pour un traitement. Pour le moins ces techniques peuvent compléter l’arsenal de médecine allopathique ; dans bien des cas « miraculeux », elles ont rendu le traitement médical inutile..."

 

Pour une fois j'ai fait court : reposant, non ?

Je n'en  ai pas fini cependant car je profite de l'espace laissé par cette courte traductionn pour vous parler de l'effet nocebo. Moins connu et pourtant aussi efficace, redoutable même. Il est le pendant le l'effet placebo, il incarne notre intention encore plus facilement car il s'appuie sur nos coryances négatives. la loi en est simple : notre pensée crée, et c'est également vrai dans le négatif. C'est la fameuse loi de l'attraction. Nous avons vu comment une intention portée par des sentiments d'amour permett l'expression matérielle d'un phénomènes (modification ADN). L'intention portée par les émotions négatives déclenche pareillement des phénomènes morbides. L'illustration la plus saisissnate et la plus connue et celle-ci :

 - Sur un bateau un employé se retrouvé par mégarde enfermé dans la chambre froide. Il y passa la nuit, certain de mourir de froid. Ilécrivit parait-il toutes les étapes de son agonie sur les murs... Le lendemain on trouva son corps et le texte macabre, décrivant très prècisémment son martyre...

...ce qui surprit énormément : la chambre froide n'était pas utilisée et la tempèrature était normale

Je ne sais pas si cette histoire est vraie, peu importe en fait, car vous trouverez sans doute dans votre prore vie des illustrations de cet effet nocebo : quand vos pensées s'attendent à une catastrophe, elle arrive. Dans la même veine on remarque que quand on parle d'une maladie particulière, en décrivant les effets, les manifestations, les raisons possibles... on remarque qu'elle se répand dans la porpulation : il est alors temps de mettre sur le marché les médicaments adéquats. mais la mise sur le marché de médicament soignant un mal particulier provoque parait-il le même accroissement de cas !

Vive l'ignorance ?

Non, je ne crois pas. Vive la conscience de notre très grande responsabilité envers nous mêmes... et envers les autres.

Banissons les croyances et pensées assassines.

Développons des croyances saines, sereines et pacifiques !

Et, comme ces vétérans, apprenons à (nous)pardonner... mais c'est un autre sujet que je développerais longuement... plus tard !

Derrière tout cela il y a un concept fondamental indispensable à la Vie : la CONFIANCE... en conscience bien sûr !

Repost 0
8 novembre 2007 4 08 /11 /novembre /2007 08:42

  Pour toute info sur comment acquèrir une Chi-machine, merci d'envoyer un mail à sophromob@sfr.fr. Je n'ai pas trop le temps de mettre en ligne règulièrement les différentes promos. DSL !

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

J’ai donc récemment rencontré Louise Gervais chez Chantal Haussaire Niquet (voir article). En plus de cette belle rencontre, j’ai eu la possibilité de tester la Chi-Machine de Sun Ancon.

 

 

 

 

 

 

 

Il faut tout de même que je vous dise : en 48 heures j’avais reçu de l’information sur cette Chi-Machine de trois sources différentes. Cela a de quoi interpeler quand jusqu’alors vous n’aviez même pas idée de son existence !

Je suis assez réfractaire à l’utilisation de machines en développement personnel, préférant les approches naturelles, l’investissement personnel...etc. Dernièrement j’ai du commencer à voir les choses autrement : un problème de pollution électromagnétique du à un téléphone sans fil (que je ne peux actuellement installer en filaire) m’a obligée à trouve une solution technologique (en l’occurrence un système de mise à la terre utilisé en acupuncture) et a faire preuve d’humilité face aux « machines » : elles peuvent être utiles !

 

La Chi-machine de Sun Ancon  a été  mise au point par un acupuncteur, le Dr Inoué. Son fonctionnement s’inspire de la motricité de la carpe Toi, un poisson rouge, pour faciliter la circulation de l’énergie vitale - le CHI - dans tout le corps en un mouvement continu et harmonieux.


 


L’effet est un puissant drainage lymphatique qui va à la fois drainer les toxines et accroître l’oxygénation du corps.

Les effets positifs sur la santé de cette Chi-machine sont innombrables : troubles du sommeil, inflammations, asthme, diabète, migraines...etc la liste serait trop longue. Elle est d’ailleurs agrée matériel médical au canada, aux US, au Japon...etc. Mais c’est surtout une alliée du Bien Etre global : elle procure les mêmes bienfaits qu’une longue marche et pour les sédentaires citadins que nous sommes devenus c’est un bon point. Elle restaure un état énergétique harmonieux et nous redonne une vitalité appréciable.

J’ai essayé deux fois la Chi-machine...

A chaque fois je m’en suis (presque, voir plus loin !) tenue à deux minutes seulement, et c’était suffisant. Je respectais le protocole (boire de l’eau avant et après, rester immobile plusieurs minutes après la fin de la séance, se relever d’une manière qui ne risque pas de blesser le corps)

- la première fois, j’ai été surprise : le mouvement hélicoïdal imprimé à mes chevilles m’a paru plus violent que ce que j’imaginais, et j’ai bien senti sa transmission dans tout le corps ! Habituée à me détendre rapidement, je sentais littéralement mes organes bouger dans mon ventre, véritablement massés. A l’arrêt, je retrouvais cet effet « bulles de champagne » propre à une réoxygénation du sang : je l’expèrimente à chaque fois que j’utilise l’EFT pour amener plus d’oxygène à mes cellules sanguines (ici pour plus d'info sur EFT/sang, en anglais). Et une profonde détente physique et mentale.

Tellement agréable que j’acceptais l’offre d’un stagiaire de m’en remettre « un petit coup ». Heureusement Chantal veillait au grain et au bout de trente secondes me conseilla d’arrêter. Bien lui en pris, car effectivement, je crois que cela était trop pour une première fois : je me sentais barbouillée d’un seul coup !

 

- deuxième séance 48 heures après : cette fois le mouvement me parait tout à fait doux, mon corps l’a en fait complètement intégré dès la première séance. J’apprends avec le groupe de personne présentes que beaucoup trouve la première fois un peu désagréable mais que cela s’efface effectivement dès la deuxième. Même effet « bulle de champagne », mon corps adore cela et en redemanderait bien, mais je reste sage ! il est vrai que cela m’a paru court. J’en ressort un peu comme le ravi de la crèche : béate, un peu euphorique, légère. Toute la fatigue de la journée évanouie !

 

Les effets : manifestement un fort drainage (démangeaisons dans le bas du dos et sur la tête dans les 24 h) probablement amplifié par la diète de pomme faite juste avant. Le lendemain matin. Pour être honnête je signale une nuit un peu perturbée sur les heures de la digestion, autre preuve finalement du travail en train de se faire, mais depuis j’ai objectivement le ventre plus plat avec un confort physique réel. Disparition d’une douleur à l’épaule (mauvaise posture face à l’ordi dans les heures qui ont précédé et que je n’avais pas pris le temps de régler avec l’EFT). Sensation de légèreté physique et d’effacement de la fatigue, qui rendit encore plus agréable la marche en forêt de randonnée faite le lendemain. Energie globalement plus fluide, ce qui résonne au quotidien : tout est plus fluide, s’organise plus facilement. Moral au beau fixe (bon j’avoue qu’il va toujours bien, mais il a une qualité particulière.Euphorie : je ne suis pas étonnée que la Chi-machine soit réputée sortir bien des gens de la dépression !

 

Après une séance sur la Chi-machine, tout mon être chantait « je m’aime et je m’accepte telle que je suis ! »... Pas mal pour une réfractaire aux machines ! Devinez ce que je vais m’offrir pour Noël ? Une vraie Chi-machine, les enfants vont adorer (en plus ils seront calmes et détendus, d’ailleurs elle va faire partie du programme « prépa Bac » !).

 

... Noël c’est loin ? mais qui a dit que je devais attendre le 25 décembre pour l’utiliser ?

Repost 0