Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

ME CONTACTER :

Toutes les Infos : ICI 

Articles Récents

/ / /

 

Juste une mise au point, que j'avaisq parait-il oublié de mettre de façon accessible sur le blog


AVERTISSEMENT

 

1- Therapeute/ Therapie...etc


Je reprends ici tel quel l’avertissement écrit dans mon premier livre (et que j’aurais du reprendre dans le deuxième sans doute) car il reste toujours d’actualité. Cinq ans après mon point de vue n’a pas changé. Merci donc au Souffle d’Or qui me permet de réutiliser ici ce texte. 

 

Le terme « thérapeute » (« thérapie » aussi d’ailleurs) apparaîtra souvent dans ce livre, il est donc indispensable de bien comprendre ce qu’il représente.

Nous vivons dans un pays où la menace d’accusation de « charlatanisme » pour les médecins ou de « pratique illégale de la médecine » pour certains thérapeutes est une réalité. Quand je me suis installée comme sophrologue j’ai dû signer des papiers où je reconnaissais que ce que je faisais, disais, voire même que ma simple présence ne contribuait pas à l’amélioration de l’état ou de la santé de mes « clients ». Je devais même m’engager à ce que cela soit vrai même si j’agissais en présence d’un médecin. Pris au mot cela reviendrait à interdire la moindre « conversation entre copines », qui relève clairement de la pratique illégale de soins puisque les effets thérapeutiques de ces échanges verbaux sont bien connus et recherchés par les femmes ! La tasse de thé qui réconforte, la papotte qui déleste, les pleurs ou fou-rire cathartiques dans la sécurité de la relation amicale devraient donc être criminalisés.

Et pourtant, les échanges sincères entre être humains, la confiance dans l’autre, le partage des expériences sont des outils naturels de bien-être, qui allègent le déficit de la sécu autant que les « recettes de bonne femmes ».

Une amie m’a conseillé des « gouttes aux essences » un jour de « crève », j’ai repassé l’info à d’autres un peu plus tard... méritons-nous les foudres de la loi ? Tel point d’acupuncture soulage le nez qui coule, tel autre une sciatique naissante... partager ces « trucs » qui sont eux aussi « thérapeutiques » serait-il pénalisable ?

Dans le domaine professionnel existe un certain nombre de métiers liés à la relation d’aide. Le besoin est immense, les propositions d’outils foisonnantes. Le terme de coach s’est également développé : coach d’entreprise, coach de vie, coach sportif, coach de management... L’idée de « conduite » est intéressante et il m’arrive d’avoir une démarche de coaching dans le suivi de certaines personnes. Par exemple en accompagnement de changements de vie (professionnels ou non). Cependant je préfère le mot thérapie car il porte en lui la notion de « prendre soins de » et respecte la capacité de chacun à se conduire seul. Il y a l’idée d’une évolution, d’un changement d’état intérieur, d’une guérison : nous allons activer notre guérisseur intérieur et « soigner » nos blessures émotionnelles.

Cette guérison là ne relève pas du médical mais de l’être profond.

Elle va certes s’appuyer sur le corps mais si celui-ci guérit ce sera juste par ricochet. Le but de la thérapie comme je l’entends dans ce livre n’a rien à voir avec la guérison du corps, mais il est vrai que la reconquête de l’être profond a souvent comme conséquence la disparition de symptômes physiques. L’inverse n’est malheureusement pas vrai, et bien des médecins aujourd’hui reconnaissent la nécessité d’une approche globale qui va leur permettre d’être efficaces durablement[. La médecine officielle des émotions est simple : prescription de médicaments pour supprimer la manifestation émotionnelle et éventuelle prise en charge par la parole. A côté de la médecine, il y a ce qui touche au développement personnel, à la connaissance de soi. Tout le monde cherche à gérer les excès de stress, les entreprises embauchent même des « philosophes d’entreprises » pour juguler le mal-être ambiant et faire baisser l’absentéisme. Il y a un besoin de solutions alternatives, permettant à l’humain de continuer à s’adapter dans un monde de plus en plus ignorant de sa nature.

Mon métier est justement de proposer des outils alternatifs efficaces. Et ce livre s’adresse autant à ceux qui souffrent de ce manque d’humanité qu’à ceux qui les aident à retrouver le chemin vers eux-mêmes.

 

Dans le cadre de mes consultations de sophrologie, où le but est clairement de retrouver un état de détente et d’évacuer le stress, où commence le thérapeutique ? Si quelqu’un a une crise de larmes et que pour réussir à aborder la séance de sophrologie je dois utiliser un outil comme l’EFT (voir plus loin)  et que la personne retrouve son calme et une certaine sécurité : est-ce de la thérapie ? Si pendant un exercice de sophro quelqu’un prend conscience d’une fausse croyance, retrouve un souvenir enfoui et souhaite en parler parce que cette parole libère : est-ce de la thérapie ? Si par le fait même d’avoir vécu cette expérience la personne se trouve libérée d’une souffrance  physique : est-ce un soin ?

Ma démarche est philo-sophique, elle aime la sagesse, elle est même bio-sophique : elle se fonde sur la sagesse de la vie ! Peut-être aurais-je dû remplacer dans ce livre thérapeute pas biosophe ou biosophiste ? Et thérapie par biosophie ? Ou philobiosophie ? Ou philobiotique ? Pour être totalement précise je devrais me présenter comme sophrophilobioticienne ? Qui m’aurait suivi au long des pages ? Créer un néologisme est bien peu intéressant quand on cherche seulement un mot qui « parle » au plus grand nombre.

Je choisis dans ce livre d’éviter la langue de bois. J’appelle patients les personnes qui me consultent, car ce sont des gens qui sont en souffrance (étymologie du mot patient). J’appelle thérapeutes les personnes qui comme moi vont jouer un rôle dans le soulagement de cette souffrance. Nous ne soignons pas, jamais : nous offrons des outils, un soutien humain, qui vont permettre au patient de soigner lui-même sa souffrance. L’être humain est ainsi fait qu’il est en fait seul, en dernier ressort, à détenir les clefs de sa guérison. Les médecins ont des actes et des produits qui soignent les symptômes, les thérapeutes ont une démarche d’accompagnement qui va permettre souvent la disparition des symptômes et le traitement des causes (au sens d’un traitement de données, pas de traitement médical). Parfois les deux sont nécessaires, parfois non. Ce n’est pas une concurrence mais une complémentarité.

Les thérapeutes ne sont pas toujours des psychothérapeutes, mais par exemple des thérapeutes psycho corporels, des relaxologues, des sophrologues... je soupçonne même les chocolatiers d’être à leur insu de grands thérapeutes ! Ou encore des kinésithérapeutes, des ostéopathes, des naturopathes ou encore des psychanalystes. Ce sont aussi d’ailleurs des médecins, des infirmières, des sages-femmes ou d’autres personnels de santé qui auront développé cette qualité particulière d’écoute et de mise en confiance.

J’aurais aimé trouver un autre terme, qui ne prête pas à confusion quant au médical et paramédical... je n’ai rien trouvé de mieux. Les dictionnaires récents se cantonnent à une définition de thérapeute se rapportant au soin médical, je choisis d’élargir cette définition à la résonance qu’elle a pris, je crois, dans notre société : un professionnel de la relation d’aide.

En fait, non, je ne souhaite même pas utiliser un autre vocable, j’aime à retrouver la dimension holistique des Thérapeutes décrits par Philon d’Alexandrie au tout début du premier siècle de l’ère chrétienne : prendre soin de l’Etre dans sa tridimensionalité (corps, esprit, âme). Dans un dictionnaire moderne vous ne trouverez pas trace de ces Thérapeutes, même dans les pages « noms propres » et encore moins dans les noms communs. Leur trace a été effacée, mais pas dans toutes les mémoires !

Vous avez donc sous les yeux un blog qui s’adressent à des patients et à des thérapeutes  ou à de simples curieux !

 

2- EFT

il est d'usage de mettre un avertissement concernant l'utilisation d'outils dont les résultats peuvent étrangement ressembler à de la "guérison". Comme je l'ai dit, je ne guèris personne, et rien de ce que je fais ou conseille n'a ce poouvir. Par contre ce pouvoir chacun l'a en soi. Je peux par contre être sur votre chemin pour vous apportez les outils qui vont vous permettre d'avancer. Mon métier est celui d'une "facilitatrice" de vos projet, de votre détente, de votre bienêtre.


   

 Si vous choisissez d'utiliser cette technique  sur vous-même ou sur vos proches, vous en prenez l'entière responsabilité et je vous conseille - non, j'insiste pour - de NE PAS INTERROMPRE VOS TRAITEMENTS MEDICAUX , même en cas d'amélioration ou de disparition de vos symptômes, sans l'avis de votre médecin traitant. (le plus souvent dans ce cas, je me mets en rapport avec votre professsionnel de soin).


Bien que les effets  l'EFT soient le plus souvent  remarquables pour de nombreuses personnes, aucune garantie de résultat ne pourrait être avancée, ni par MOB, responsable de ce site, ni par Gary Craig, le fondateur de cette technique, et son équipe.



Partager cette page

Repost 0