Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ME CONTACTER :

Toutes les Infos : ICI 

Articles Récents

18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 21:51
Douleur chez le dentiste : La différence que peuvent faire les techniques de liberté/libération émotionnelle

Bonjour,

Je viens vous raconter aujourd’hui une expérience personnelle, dont les racines multiples, remontent à trente ans pour une grosse part, et à plus de 40 ans pour le reste.

Et encore : je ne sais sans doute pas tout !

Depuis un an environ j’ai entrepris un travail systématique de restauration/validation dentaire !

C’est assez drôle car j’ai repris contact avec cette profession suite à une tache sur une dent, avec une sensibilité au chaud et froid, que j’ai prise pour une carie. La dentiste du coin ne voulant plus em voir, et les autres contactés étant peu enthousiaste en entendant mn histoire, j’ai contacté la dentiste de mon amie Sophie (pleine de sagesse donc !

Une dentiste qui prend en compte les aspects énergétiques, donc émotionnels des dents.

Première surprise : la dent qui m’a amenée chez elle n’avait pas de carie, juste un changement de couleur de l’émail sans aucune gravité… et sur une molaire, même pas de problème d’esthétique !

Le plus drôle étant que le problème de sensibilité ne s’est plus jamais manifestée !

En fait, en faisant le point, il est apparu que plusieurs autres dents avaient besoin de soins.

Sur certaines j’ai rencontré mon problème habituel –celui qui fait fuir les dentistes !- de résistance à l’anesthésique.

Mais grâce à des séances de micro kinergie, ma nouvelle dentiste a réussi à avancer pas à pas.

Une dent « refusait de se laisser soigner »… toutes les autres étant finies, il a bien fallu s’en occuper.

Cette dent a une histoire...

Alors que je voyageais au Mexique dans les années ’80, j’ai du la faire soigner. J’ai eu la chance d’être recommandée à un dentiste des armées, formé aux USA, et enseignant sa matière. Une pointure donc.

Mais c’est avec lui que j’ai eu pour la première fois ce problème de résistance à l’anesthésique.

Ce fut l’occasion d’une série de tentatives toutes plus pitoyables les unes que les autres. Le pauvre toubib appréhendant autant que moi les séances.

Il a dû me ramener plusieurs fois jusque-là où je logeais, car j’étais si shootée par les doses massives d’anesthésique que jusqu’à mes jambes ne me portaient plus !

Un jour le malheureux s’est pris une balle de revolver dans la jambe à la sortie d’un restaurant huppé (Mexico peut avoir des côtés violents !).

Je lui ai dit que si il me faisait mal encore… je lui ferais mal aussi !

Moins d’une minute après je shootais dans sa jambe !

… Il a tout refermé mis une couronne temporaire.

De retour en France 2 ans après je retournais chez mon dentiste, qui me mis dans les mains de son ancien prof, spécialiste en anesthésiques… un mec odieux, mais, miracle : on put enfin me soigner.

"officiellement", incident clôt !

Pourquoi vous raconté-je tous ces détails ?

Parce que cet épisode allait graver dans ma mémoire et celle de ma dent une charge émotionnelle qui allait rester prisonnière sous la couronne jusqu’à cet été !

Se rajoutant à une couche plus ancienne encore, vous le verrez plus bas.

Quand il s’est agi de retirer ma vieille couronne en juillet, elle refusa de « lâcher ». Un toquage me fit hurler de douleur (alors qu’il n’y avait aucune raison organique). Le deuxième me fit mendier pour une anesthésie… qui avait peu de chances de changer quoique ce soit… je quémandais une deuxième piqure :direct dans le nerf. Je fis un bond au plafond en hurlant, pleurant de terreur, je n’ai pas honte de l’avouer. J’étais dans un état émotionnel effroyable.

Vous allez vous dire : « mais elle n’avait pas préparé tout çà avec l’EFT ? »

Si, si… j’y allais donc au départ assez tranquille !

Mais ce qui était touché là était incommensurable en terme de charge émotionnelle !

Ce que confirma la micro kinergie : la terreur du Mexique était resté scotchée là et « bien plus encore » !

Une séance ne suffit pas.

Ce que confirma l’ostéopathie crânienne : « çà prend jusque l’ATM ! »

Une séance ne suffit pas (même si je me sentais enfin bien, merci JMD)

Ce que confirma une séance de kinésiologie (merci ma Catherine !) : des bouts de vieille terreur lâchant encore.

Une séance ne suffit pas… car le nez sur la nouvelle échéance (càd dès début septembre) une nouvelle vague de trouille remontait.

Toutes ces aides ont été précieuses, je pouvais sentir comme « quelque chose » s’allégeait à chaque fois… mais une autre couche remontait.

L’EFT m’accompagnait bien sûr.

Le nez sur l’échéance don, je recommençais un tapping assez intensif… et enfin je pus entrer en contact avec une mémoire que je connaissais mais n’arrivais même pas à tenir dans ma conscience/

J’ai une dizaine d’années, je vais chez le dentiste. Le Docteur Pommard je m’en souviens, je revois sa tête : cheveux blancs, « un Monsieur bien mis » comme on disait alors, un visage un peu plat, joues rougeaudes… il soignait toute la famille. Nous les enfants avions un régime de faveur : pas d’anesthésie. Il avait expliqué à mon père que j’étais une comédienne « les enfants ne sentent rien, leur système nerveux n’est pas terminé » ! Comment mon paternel a pu avaler cela sans le remettre en cause , et même me punir pour mes « comédies », cela restera un mystère !!!!

Quoique… mais c’est une autre histoire, qui me regarde.

Je ne dus (et mes frangin/frangines aussi) qu’au caractère enlevé de ma mère qui rentra un jour de chez le même dentiste, furieuse : « personne n’ira plus chez ce vieux cochon ! ».

J’appris bien plus tard qu’il avait tenté de glisser sa main sous sa jupe !

Ma mère était une femme séduisante…

43 ans après j’ai enfin pu regarder cela sans tenir à distance les émotions. J’ai pu… lever l’anesthésie.

Oh, ce n’est qu’une partie de ce qui s’est libéré.

Une méditation récente m’a aussi remise en contact avec une mémoire familiale… que j’ai moi aussi rejouée, à 33 ans… tiens, jour pour jour …20 ans hier !

Si je partage avec vous tout cela, c’est pour vous encourager à ne pas baisser les bras. Quand le corps crie, qu’il vous parait résister anormalement.. ne lui en voulez pas.

Il cherche à vous aider, mais d’une manière qui n’est peut-être plus adapté à l’instant. Ou au contraire, il est resté prisonnier d’émotions très anciennes.

Nous avons la chance inouïe de vivre à une époque où les moyens d’accéder à ces mémoires sont nombreux, rapides, efficaces et indolore.

Beaucoup pensent encore que c'est du pipeau, du charlatanisme ou des pratiques "sectaires" (expression qui permet à ceux qui ont peur d'être responsable d'eux-mêmes de justifier un abandon total dans les mains des médecins et labos pharmaceutiques !). Mais j'en fais l'expèrience personnelle, dans ma vie ou avec mes patients : l'humain est formidable de ressources, de potentiel de guérison de capacité d'être libre et heureux !

N’oubliez simplement pas une chose : il y a un « moment juste »... et pour cela, il est important de respecter un rythme dont le contrôle vous échappe.

Cultivez une attitude ouverte, d’acceptation, et de confiance vous aidera à vivre le «parcours initiatique » que vous invite à faire votre corps, votre douleur.

Si vous saviez comme j’ai remercié ma couronne quand enfin elle a lâché.

Mais ce que je voulais partager plus spécialement est ceci :

Le ressenti peut-être incroyablement différent entre AVANT et APRES la libération des émotions bloquées.

En juillet j’ai vraiment eu une impression de grosse meule voire de marteau piqueur quand la dentiste a essayé de découper ma couronne récalcitrante. Aujourd’hui, avec le même matériel, j’ai eu l’impression qu’une lime fine découpait sans difficulté le étal. Et la couronne est venu « toute seule » en suite, à peine aidée par la dentiste ;

Une fois dégagée, j’ai ressenti comme si quelque chose s’était allégé dans la dent même.

Il reste à voir si cette dernière peut être conservée… mais j’ai bon espoir. Encore du tapping en vue !

Douleur chez le dentiste : La différence que peuvent faire les techniques de liberté/libération émotionnelle

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pascaline 07/10/2013 11:51

ah! ça toujours du bien de te lire: tu ouvres toujours les portes vers....des horizons toujours plus vastes et plus colorés!
tu as supprimé les news letters?