Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ME CONTACTER :

Toutes les Infos : ICI 

Articles Récents

29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 17:03
La coopération crée la vie, pas la compétition !

(crédit image INREES)

Darwin a énormément influencé notre manière de penser, mais sans doute la sienne a-t-elle été influencée par le mode de pensée social de son époque. L’image même de la lutte pour la survie était facile à repérer. Sans doute plus que celle de la coopération, et pourtant …

Un monde comme le nôtre, perpétuellement en guerre (sociale, économique, ou classique) reste le produit d’un monde où les stratégies les plus utiles à la survie sont l’empathie et la coopération.

En ignorant cette faculté indispensable à l’adaptation et à l’équilibre du vivant, nous avons créés des déséquilibres qui rendent beaucoup plus difficile de revenir à un autre comportement.

L’image qui me vient est celle de la terre, ou de notre corps : si nous tentons de réguler les déséquilibres que nous avons créés avec une vision d’extermination de ce qui nous parait être l’ennemi au lieu de voir que nous avons permis cet envahissement (mauvaises herbes, insectes, mais aussi parasites, cellules adipeuses excessives…etc) nous allons avoir beaucoup de difficulté à retrouver un équilibre naturel. Par contre, si nous laissons faire en éliminant les sources de déséquilibres (engrais, pesticides, labour, ou -pour le corps- supplémentation, excès de protéines animales/ insuffisance de fibres, etc) cela va prendre certes plus de temps, mais l’effet sera durable et de nouvelles habitudes, sans contraintes, pourront se mettre en place. En ce qui concerne notre corps, un accompagnement psycho-corporel peut nous aider à désamorcer des programmes de sabotages qui nous portaient à des comportements aberrants… une telle démarche serait-elle possible au niveaux des États ?… je rêve…

Mais qu’est-ce qui peut me laisser croire que ce mode de comportement pacifiste, coopératif et empathique ? la Science ! Je vous renvoie à l’excellent article du dernier numéro d’Inexploré « la coopération du vivant ». Nous serion le produit de la coopération bactèrienne ! je vous rappelle que le nombre de cellules (micro-organismes divers : virus, bactéries, champignons…etc) outrepasse de beaucoup celui de nos propres cellules constitutives. Pour survivre, cette coopération s’est développée et au final, nous voilà (bon, je raccourci énormément, mais ce qui compte c’est de voir le principe).

« Au lieu de s’éliminer mutuellement, les bactéries ont su s’agencer et se coordonner de manière à produire une ensemble plus performant » la SYMBIOSE a permis cette organisation particulière de la vie dont nous sommes le produit. Malheureusement nous avons perdu le contact avec ce principe performant de l’empathie et avons misé sur le mauvais cheval : la compétition !

Le résultat nous le voyons autour de nous : pillage de la planète, médecine agressive, négation de nos ressources les plus puissantes, mise en esclavage de l’humain par l’humain, ignorance aveugle et autodestructrice sur un terme qui diminue rapidement.

L’idée n’est pas de faire de la morale à partir de ce constat, non, l’idée est de regarder tout simplement le mécanisme le plus efficace depuis que la vie existe et de voir que nous sommes programmés pour. Donc,nous pouvons le faire, nous savons le faire. Ce qui nous en empêche est vraisemblablement la PEUR (niveau le plus simple de la mise en œuvre de processus compensatoires complexes qui mériteraient d'être développés). Seule notre conscience peut CHOISIR de revenir même -si cela peut-être un processus sans doute assez long- vers ce comportement empathique et créatif qui existe depuis la nuit des temps;

La solidarité est un exemple. La prise de conscience des peurs qui conditionnent un comportement aberrant au regard de notre propre survie. La liberté émotionnelle, faite de l’acceptation de ce qui a été, sans jugement, et de l’ouverture à des processus différents d’évolution, est une voie qui peut favoriser ce retour à un comportement empathique.

Mais, fi d’angélisme, place à la réalité : ouvrons nos yeux, non pas sur ce dont « les autres » seraientt responsables (à notre place !) mais sur ce qui est déjà en place pour utiliser cette ressource symbiotique. Pour nous ouvrir à nos propres ressources, en changeant de comportement.

Que cessent d’inutiles combats au profit d’une attention, d’une ouverture, d’une co-création.

Voilà un joli vœux pour 2014…

Un exemple au niveau des cultures (dont dépend notre survie) peut permettre de méditer sur comment installer EN NOUS une « Révolution d’un seul brin de paille »*.

Laisser faire et laissons coopérer …

*de Masanobu Fukuoka chez Tredaniel.

http://mili-terre.com/article/13/901/masanobu-fukuoka-et-lagriculuture-du-non-agir.htm

Partager cet article

Repost 0

commentaires